Mutuelle Samir

Votre conseiller 04 75 81 73 90 (Appel non surtaxé)

L'éthique du don de sang et le commerce humain ne peuvent cohabiter

Actus Vie de la Mutuelle | Publié le 02 mai 2017

Dimanche 26 mars, se tenait à Hauterives le congrès de l'Union Départementale des Associations de Donneurs de Sang Bénévoles en présence de 160 délégués.

Dans la continuité des actions menées depuis le 10 novembre 2014, face à la volonté du gouvernement actuel de parvenir à la commercialisation d'une partie des produits sanguins, les délégués ont adopté à l'unanimité la résolution ci-dessous :

« Depuis le 21 février 2017 et l'émission d'ARTE "Le prix du sang", nul citoyen ne peut ignorer les pratiques inhumaines de la firme Octapharma en matière de prélèvements de "Plasma sanguin" rémunéré aux USA.

Le produit de cette firme le "Plasma SD" peut désormais être commercialisé dans les hôpitaux français en concurrence avec les plasmas thérapeutiques fournis par l'établissement public, l'Établissement Français du Sang (EFS).

Des informations émanant de la firme  elle-même  confirment  que la  ''passation  de marchés" est déjà conclue ou en cours avec plusieurs établissements hospitaliers en France : CHU de Clermont Ferrand dans notre région Auvergne Rhône Alpes (AURA) ainsi qu'à l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (APHP) pour  l'Ile  de  France.  Dans  ce  demier  cas,  la direction de l'APHP utilise le mensonge en affirmant  au  quotidien  "Le  Monde"  que  le "Plasma SD "d 'Octapharma est de provenance française. C'est impossible de par la loi : le plasma prélevé par l'EFS ne peut être utilisé que par lui même ou "cédé" au LFB pour la fabrication des MDS.

Les associations Pour le Don de Sang Bénévole de la Drôme réunies en congrès de leur Union Départementale (UD) le dimanche 26 mars à  Hauterives demandent  au président  de la FFDSB de proposer rapidement au CA fédéral d'engager une nouvelle série d'actions s'appuyant sur les révélations publiques du documentaire ARTE :

En alertant une nouvelle fois les parlementaires qui vont être nouvellement élus (pour les députés) afin qu'ils exigent du ministre de la santé :

1/ Que la traçabilité de l'origine éthique soit établie pour chaque poche de plasma utilisée  dans la production du ''Plasma SD" comme cela, est obligatoire pour chaque poche  prélevée par l'EFS et qu'un service dédié à ce contrôle soir créé au sein de l'Agence  Nationale  de Sécurité et du Médicament (ANSM).


2/ Que  par  précaution un dispositif  de  recueil  du  "consentement  éclairé"  soit  proposé à chaque malade avant toute transfusion  de plasma commercial "SD".

3/ de décider d'informer les patients et leurs familles par la distribution à la porte des hôpitaux d'un imprimé expliquant l'origine du produit qui peut désormais être transfusé et en informant la presse. »

Le congrès de l'UD 26 adresse la même demande à la présidente du Comité Régional afin que la démarche demandée à la FFDSB soit sollicitée (dans les mêmes termes ou améliorée) , aux UD lors du prochain congrès régional les 13 et 14 mai 2017 à Evian.

Jean-Pierre BASSET