Mutuelle Samir

Votre conseiller 04 75 81 73 90 (Appel non surtaxé)

Don du sang, une situation alarmante

Vie de la Mutuelle | Publié le 11 février 2021

Partager :  

Chaque année, un million de personnes bénéficie des dons de sang. Mais depuis la fin du confinement, la collecte de sang est désorganisée, et les stocks ont diminué de manière inquiétante, menaçant la prise en charge de nombreux patients. L’Établissement français du sang (EFS) appelle à la mobilisation avec la campagne « Prenez une heure pour sauver trois vies ».

La France a toujours été pionnière en matière de transfusion sanguine. Aujourd’hui, 6 Français sur 10 déclarent avoir déjà donné leur sang au cours de leur vie, mais seuls 15 % le donnent au moins une fois par an. Face à l’urgence de la situation, il est essentiel de faire remonter le niveau des réserves de ces produits irremplaçables, vitaux et solidaires.

 

« Prenez une heure pour sauver trois vies»

La collecte de sang a beaucoup diminué, au point que le président de l’EFS, François Toujas, parle de « situation extrêmement inquiétante ». En effet, le Covid-19 a désorganisé la collecte : le télétravail, les vacances d’été, l’état d’urgence sanitaire, le couvre-feu ont fragilisé les collectes mobiles, qui représentent habituellement 80 % des dons de produits sanguins. Pourtant, la reprise des activités hospitalières a accru les demandes en produits sanguins. Aujourd’hui, on délivre plus de produits que l’EFS n’en collecte.  Pour Jean-Pierre Basset, militant du don du sang, « Jamais depuis 1948 un malade n’a manqué de produits sanguins. Dès que le stock national tombe en dessous de 12,5 jours, il y a alerte. À 10 jours, il y a alerte rouge. ». Pour répondre aux besoins des malades, 10000 dons de sang sont nécessaires par jour.

 

Le sang, un “bien” précieux…

 N’étant toujours pas capables de fabriquer du sang artificiel ou tout autre médicament pouvant s’y substituer, le don de sang est l’unique source de produits sanguins.  « Les citoyens connaissent mal l’ampleur des besoins : en 2019, en France, on a compté 3 044 777 transfusions pour 530 980 patients, grâce à 1 652 771 donneurs et 2 894 199 prélèvements », ajoute Jean-Pierre Basset. Le don de sang permet ainsi la collecte de plaquettes, de globules rouges et de plasma – ce dernier servant à la fabrication de médicaments. Utilisés dans les situations d’urgence ou en cas de besoins chroniques, les produits sanguins sont nécessaires tout au long de l’année, car ils ont une durée de vie courte : 5 jours pour les plaquettes et 42 jours pour les globules rouges. D’où la difficulté supplémentaire de l’EFS, qui est chargé, en plus de la collecte, de réguler les stocks.

 

… et solidaire

 « Le système transfusionnel français, issu de la loi du 21 juillet 1952, interdit le commerce du sang et de ses dérivés. C’est le principe éthique : volontaire, anonyme, bénévole et non-profit. Le don de sang ne peut pas générer de profit, et l’anonymat interdit le “don dirigé”, c’est-à-dire je veux bien donner mon sang, mais pas pour telle communauté, tel groupe de personnes...» précise M. Basset. Le don de sang est donc un acte citoyen fort et indispensable, issu d’une vraie économie du partage.  Remboursés à 100 % par la Sécurité sociale, les produits sanguins attirent pourtant les vautours, le système transfusionnel français étant régulièrement attaqué. M. Basset le rappelle : « La France subit une perversion imposée par l’Union européenne, pour qui le plasma est une matière première commercialisée depuis 1993. Nous sommes déficitaires en plasma, une partie des malades sont donc traités par médicaments dérivés du sang importés, issus pour l’essentiel de plasmas prélevés contre paiement sur des personnes précaires aux États-Unis.

 

QUESTIONS-RÉPONSES SUR LE DON DE SANG

Quelles sont les conditions pour donner son sang ?

Pour donner son sang, il faut avoir entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kg et être reconnu apte suite à l’entretien avec le médecin.

 

Quelles sont les étapes d’un don de sang et combien de temps dure-t-il ?

Le don dure environ 45 minutes et se découpe en quatre étapes : l’accueil, l’entretien avec un médecin, le prélèvement et la collation. À noter, il faut obligatoirement sa pièce d’identité pour donner son sang.

 

 Faut-il être à jeun pour donner son sang ?

Non, bien au contraire ! Il faut avoir mangé pour éviter tout risque de malaise.

 

Quelles sont les contre-indications au don de sang ?    

• Certains traitements et certaines maladies ou antécédents médicaux. Voir le site Internet de l’EFS.    

• Si vous avez un tatouage ou un piercing qui date de moins de 4 mois.    

• Si vous avez des antécédents de consommation de drogue par injection.   

• Si vous avez séjourné dans une région où peuvent sévir certaines maladies.    

• Certaines pratiques sexuellesVoir le site Internet de l’EFS.

 

Quelle quantité de sang prélève-t-on pour un don ?

On prélève en moyenne entre 400 et 500 ml de sang par don.

 

 Combien de fois par an peut-on donner son sang ?

Un homme peut donner son sang jusqu’à 6 fois par an, et une femme jusqu’à 4 fois. Entre deux dons, il faut respecter un délai de minimum huit semaines.

 

Dois-je prendre rendez-vous pour mon don ?

Avec la pandémie de Covid-19, il faut désormais prendre rendez-vous, via le site Internet de l’EFS ou l’application Don du Sang.

 

 Le don est-il sécurisé ?

Oui. Toutes les précautions sont prises pour éviter tout risque de transmission du Covid-19. Le matériel de prélèvement est stérile et à usage unique. Le sang que vous donnez est testé avant d’être stocké et donné à une personne qui en a besoin.

 

 Pour savoir où et quand donner votre sang :

Téléchargez l’appli Don de Sang sur smartphones Apple et Android. Rendez-vous sur https://dondesang.efs.sante.fr/


Partager
Tweeter
Partager
Partager

Nous utilisons des cookies